L'Inde parmi les 5 pires pays dans la lutte contre la pollution de l'environnement

Un nouvel indice vert a classé l'Inde au quatrième rang mondial pour ce qui est de réduire la pollution de l'environnement.

Un nouvel indice vert a classé l'Inde au quatrième rang mondial pour ce qui est de réduire la pollution de l'environnement. Selon le dernier classement mondial de l'indice de performance environnementale (EPI) publié en marge du Forum économique mondial de Davos, l'Inde occupe la 177ème place, après la 141ème place il y a deux ans, sur la liste des 180 pays. Le PEV classe 180 pays sur 24 indicateurs de performance dans 10 catégories couvrant la santé environnementale et la vitalité des écosystèmes. "L'Inde et le Bangladesh se situent dans le bas du classement, le Burundi, la République démocratique du Congo et le Népal se classant parmi les cinq derniers", selon le dernier rapport bisannuel des universités de Yale et Columbia en collaboration avec le WEF. Le rapport indique que le faible classement des économies émergentes - la Chine (120) et l'Inde - reflète «les pressions que subissent les populations et la croissance économique rapide imposent à l'environnement».

Le rapport indique que des populations importantes souffrent encore d'une mauvaise qualité de l'air, notamment en Inde, en Chine et au Pakistan (169). "De faibles résultats sur le PEV indiquent la nécessité d'efforts de durabilité nationaux sur plusieurs fronts, notamment le nettoyage de la qualité de l'air, la protection de la biodiversité et la réduction des émissions de gaz à effet de serre". Il a déclaré que certaines des nations les moins bien placées font face à "des défis plus larges (comme) les troubles civils mais les faibles scores pour les autres peuvent être attribués à une gouvernance faible". Le rapport a constaté que la qualité de l'air était la principale menace environnementale pour la santé publique dans le monde entier. La Suisse est leader du développement durable, suivie par la France, le Danemark, Malte et la Suède. L'indice offre non seulement un aperçu de l'état des pays, mais aussi "reflète les tendances importantes de la performance environnementale aux niveaux national et mondial". Il a indiqué que la communauté mondiale s'améliorait généralement sur un certain nombre de questions, telles que les résultats sanitaires liés à l'eau potable et à l'assainissement et à la protection des écosystèmes marins, tandis que d'autres problèmes importants restaient à résoudre. «Alors que la communauté mondiale poursuit de nouveaux objectifs de développement durable, les décideurs doivent savoir qui dirige et qui est à la traîne des défis énergétiques et environnementaux», Daniel C. Esty, directeur du Yale Center for Environmental Law and Policy et Hillhouse Professor at Yale Université. "Le PEV 2018 confirme que le succès en matière de développement durable nécessite à la fois des progrès économiques générateurs de ressources pour investir dans les infrastructures environnementales et une gestion prudente de l'industrialisation et de l'urbanisation pouvant entraîner une pollution menaçant à la fois la santé publique et les écosystèmes.

Voir la vidéo: Pollution de l'air : la pire et la meilleure ville française - franceinfo:

Loading...

Postez Votre Commentaire